Accueil Mon BlogEn Australie Au pair en Australie : le cauchemar d’Adeline

Au pair en Australie : le cauchemar d’Adeline

par Mailoisinoz

Partir et travailler en Australie, c’est un rêve pour beaucoup ! Entre les plans ferme, les jobs dans la restauration ou encore les mines, il y a de nombreuses opportunités de boulot pour tous. Au pair en Australie est l’une d’elles. Avec son PVT en poche, Adeline décide donc de devenir Au pair, pour améliorer son anglais et vivre avec des Australiens. Mais tout ne s’est pas passé comme prévu. ????

Elle nous raconte ces différentes expériences et le calvaire qu’elle a vécu au pays des kangourous.

appli Mai Lo is in Oz
Télécharge mon appli Mai Lo is in Oz, pour t’aider dans ton PVT Australie.

2014 : Première expérience Au pair en Australie

Ma première expérience en tant que fille Au pair remonte à novembre 2014 lors de mon premier PVT Australie.

C’était mon tout premier voyage à l’étranger, j’avais seulement 20 ans, et je venais d’arriver en Australie depuis 3 mois seulement. À l’époque, je ne parlais pas très bien anglais. J’ai entendu parler du concept de fille Au pair et je trouvais que cela pouvait être une bonne expérience ! Je pouvais ainsi être immergée au sein d’une famille australienne, améliorer mon anglais, apprendre à connaître une autre culture, etc. Que des points positifs !

Ma recherche pour devenir fille Au pair en Australie

Après quelques recherches, je me suis inscrite sur le site Aupairworld.com, qui est l’un des plus connus et qui a l’avantage d’être gratuit. J’ai contacté une famille qui se trouvait à Sydney. Le père m’a répondu assez rapidement et m’a proposé un entretien. Le feeling est tout de suite très bien passé, il m’a parlé de ses 3 filles, de ce qu’il attendait d’une fille Au pair, de la maison, des habitudes de leur famille, etc. Il m’a dit qu’il avait déjà eu plusieurs Au pair et qu’il avait donc l’habitude d’en avoir. Ensuite, il m’a dit qu’il allait rencontrer d’autres candidates et qu’il revenait vers moi s’il me choisissait. 

au pair en Australie

L’arrivée dans la famille

Il m’a recontactée 2 ou 3 jours après pour m’annoncer qu’il m’avait choisie ! J’étais super heureuse d’avoir trouvé cette famille, mais à la fois j’avais aussi très peur, car je n’avais rencontré que le père. Je n’avais encore jamais vu ses 3 filles et sa femme. Dans ma tête, je me disais « et si tout cela était faux ? ». J’avais quand même quelques appréhensions, alors quand il m’a annoncé qu’il me récupérerait en voiture, j’ai donné l’immatriculation de la voiture à une amie ainsi que l’adresse, juste au cas où. Quand je suis arrivée, c’était comme dans un rêve ! La maison était immense, avec une grande piscine, j’avais ma propre chambre avec ma salle de bain. Tout était bien réel : il m’a présenté sa femme, ainsi que ses 3 filles de 3, 6 et 9 ans. 

Je me suis dit « C’est comme dans un rêve »

Les premières semaines se sont super bien passées ! La relation avec les enfants était bonne, on s’entendait très bien avec les filles. Mon seul souci, c’était avec la maman ! J’avais du mal à créer un lien avec elle, elle était assez froide avec moi. Le père, lui, était tout le temps à la maison, car il était père au foyer. Je trouvais ça fou d’avoir le « luxe » d’avoir une fille Au pair alors qu’il ne travaille même pas. Seule la mère travaillait. 

Le jour où tout a basculé

En tant que fille Au pair, j’avais une routine bien rodée. Tous les matins, je déposais les filles à l’école. Ensuite, je rentrais et je m’occupais à la maison.

Un matin, lorsque je suis revenue à la maison, le père a voulu me montrer le sauna dans le jardin à côté de la piscine. J’ai accepté sans me poser trop de questions. Il a ouvert la porte du sauna, m’a fait rentrer dedans et a ensuite fermé derrière lui. J’ai commencé à avoir peur et à appréhender la suite. Il a alors posé sa main sur ma cuisse en me caressant. Je l’ai tout de suite repoussé en lui disant que je voulais sortir du sauna. Il m’a ouvert la porte, j’ai paniqué et je me suis précipité dans ma chambre.

J’ai alors commencé à trembler, j’avais le cœur qui battait à 100 à l’heure. J’ai envoyé un message à ma sœur qui était en France en lui racontant ce qui venait de se passer. Elle m’a dit de partir le plus vite possible de cette famille. J’en ai parlé également à une amie qui était avec moi à Sydney. Je voulais contacter la police, mais par peur, je ne l’ai finalement jamais fait. Je n’osais plus sortir de ma chambre et j’étais complètement perdue. Le soir, lors du dîner, je me suis retrouvée en face du père pendant le repas. Il n’arrêtait pas de me fixer dans les yeux. J’étais très mal à l’aise et la mère me dévisageait également. Elle voyait très bien qu’il n’arrêtait pas de me regarder.

J’ai pris les choses en main

Le lendemain, j’ai décidé de parler au père et de lui dire que ce qu’il avait fait dans le sauna m’avait beaucoup gêné. Il s’est excusé et m’a dit qu’il pensait que j’étais consentante. En effet, il m’a expliqué que dans le passé, il avait déjà eu une relation sexuelle avec une de ses filles Au pair. Il a alors commencé à me raconter sa vie, à m’expliquer qu’il se lassait de sa femme, qu’elle ne voulait jamais coucher avec lui et que c’était pour ça qu’il allait voir ailleurs. Il m’avait fait comprendre qu’il se sentait très seul dans sa vie. Je lui ai dit que je n’étais pas intéressée et j’ai eu l’impression que le message était passé. J’ai donc choisi de rester en attendant de trouver un autre boulot.

Malgré cette discussion, il a continué à m’observer et à me regarder tout le temps. Il y a même eu cette fois où j’étais dans la piscine, en maillot de bain, et je l’ai vu avoir une érection. 

Une semaine après l’histoire dans le sauna, il m’annonce que sa femme veut que je parte, car elle ne supporte plus qu’il me regarde. J’étais soulagée car je voulais partir. J’étais uniquement restée car je n’avais nul part où dormir et peu d’argent. Il a continué à me parler de ses problèmes avec sa femme, je l’ai enregistré et je voulais tout envoyer à sa femme. Mais mon amie à Sydney me l’a déconseillé, elle m’a dit que j’aurai encore plus de problèmes. Je n’ai donc jamais rien dis et je suis repartie en France, traumatisée par cette première expérience de fille Au pair en Australie.

Si aujourd’hui j’ai un conseil à donner, c’est d’essayer de rencontrer la famille entière ou au moins les enfants avant de s’engager. Prendre aussi le temps de comparer, il y a beaucoup d’offres pour être Au pair en Australie ! Et le plus important, serait de contacter la ou les anciennes filles Au pair pour avoir un retour.

2017 : je retente une expérience de fille Au pair en Australie

J’ai connu ma 2ème expérience de fille Au pair en 2017, quand je suis revenue en Australie. J’avais « gaspillé » mon WHV en 2014 et je suis arrivée en visa touriste. Cette fois, je suis venue avec mon copain, qui était lui en PVT Australie. Nous n’avons pas le droit de travailler en visa touriste, sauf pour du bénévolat, je ne pouvais donc pas travailler, mais je pouvais faire du helpX ou woofing.

En parlant avec d’autres backpackers qui étaient aussi en visa touriste et étaient payés en « cash in hand », je me suis dit que je pouvais faire ça quelques mois puis partir en road trip. Je n’ai pas trouvé dans la restauration à cause du visa et j’ai donc décidé de refaire fille au pair en Australie. Cela ne m’enchantait pas trop, avec ma dernière expérience, mais je me suis dit que la dernière fois j’étais plus jeune et plus naïve. J’ai alors cherché une famille sur les groupes Facebook, j’en ai contacté plusieurs et l’une d’entre elle acceptait d’accueillir les couples, c’était une super nouvelle pour mon copain et moi.

Nous avons fait un skype et j’ai pu voir toute la famille. Nous avons donc emménagé rapidement chez eux et je leur ai dit de suite que j’étais en visa touriste. Ils m’ont dit que ça ne changeait rien pour eux comme j’étais payée en cash.

Les premiers jours

Quand je suis arrivée, la maison était vraiment bordélique. Il y avait des montagnes de linges, des poubelles qui traînaient et qui n’avaient pas été sorties depuis plusieurs semaines, des toilettes hyper sales, etc. Contrairement à ma première expérience de fille Au pair en Australie, ils ne m’ont jamais expliqué mes « tâches » de travail, ou ce que je devais faire, j’ai donc improvisé.

Au début, je faisais le ménage de pratiquement toute la maison. Je me suis vite rendue compte que cela ne servait à rien. Même s’ils étaient contents de moi dans les premiers temps, ils arrivaient dans la maison avec de la terre sous les chaussures et tout était de nouveau sale en l’espace de quelques minutes. J’avais vraiment du mal à établir une relation avec les deux filles âgées de 8 et 11 ans. Celle qui avait 11 ans ne me parlait jamais, ne me répondait pas quand je lui parlais et celle de 8 ans n’en faisait qu’à sa tête, ne m’écoutait jamais et n’hésitait pas à me répondre mal.

J’étais donc très mal à l’aise dans cette famille et dès qu’on restait entre nous avec mon copain, nous avions des remarques. Les parents le prenaient très mal car pour eux « être au pair, c’est passer du temps avec la famille ». On dînait pourtant ensemble tous les soirs et ils nous reprochaient de ne pas rester après le dîner avec eux ou les week-ends. En plus de cela, il leur arrivait d’oublier de me payer pendant 2 ou 3 semaines.

On a eu plusieurs discussions avec les parents par rapport à ce que je devais faire exactement, ils me disaient toujours « no worries all good ».

« Être au pair, c’est passer du temps avec la famille ! » nous disaient tout le temps les parents

L’hospitalisation de la mère

Puis un jour, la mère a été hospitalisée. On ne savait pas pourquoi, le père était vraiment sur les nerfs et évitait toute discussion.  Un soir, j’étais en train de cuisiner pour toute la famille, car je savais que la mère n’était pas là. Quand le père est rentré du travail, il a pris l’aspirateur et a commencé à faire le ménage. Je lui ai demandé s’il avait besoin d’aide et il s’est mis à me hurler dessus :

« Adeline, si je te paye, c’est justement pour que tu fasses le ménage et en plus tu sais que ma femme est à l’hôpital ! ». Je lui ai répondu que j’étais en train de faire à manger et que les filles jouaient, je n’allais donc pas faire le ménage maintenant. Il n’a rien voulu entendre et à continuer à me hurler dessus en me faisant comprendre que je ne faisais rien. 

J’ai pleuré et je suis partie dans ma chambre. J’ai dit à mon copain que je voulais partir tout de suite. Nous avons plié nos affaires et nous sommes partis. Au moment de partir, les deux filles dont je m’occupais m’ont dit « trop bien, on ne va jamais te revoir ! » avec un grand sourire. Ce fut un véritable soulagement de quitter cette famille. 

au pair australie

2019 : Ma dernière expérience de fille Au pair en Australie

Ayant vraiment eu un coup de cœur pour l’Australie, j’ai décidé de revenir une 3ème fois en visa étudiant, dans le but de m’y installer. Un ami australien devait m’héberger à mon arrivée en septembre 2019 mais au dernier moment, il m’a dit qu’il ne pouvait plus.

J’avais économisé pendant presque 2 ans pour le visa étudiant et je ne voulais pas arriver sans travail. En effet, j’aurai dû payer une auberge ou un Airbnb et j’avais déjà les cours à payer.

Une maman célibataire a besoin d’aide

Il me restait 3 semaines pour trouver un hébergement et j’ai vu sur Facebook une annonce d’une mère célibataire avec 2 enfants. Elle recherchait une fille Au pair, idéalement une étudiante, par rapport aux horaires. Il n’y avait pas de période minimum, j’ai donc postulé en précisant que je voulais faire fille Au pair seulement sur une courte période (maximum 3 mois). En effet, après mon copain allait me rejoindre et je comptais avoir un autre travail. Elle était très compréhensive et flexible et a accepté. Je devais donc m’occuper de ses deux fils de 2 et 6 ans.

au pair australie

L’ex compagnon est de retour

Elle venait de se séparer de son ex compagnon qui était alcoolique et violent. Quand je suis arrivée à Sydney, au bout du 3ème jour, j’ai rencontré le fameux ex en question. Il a dîné avec nous. J’en ai parlé à la maman, en lui demandant où elle en était. Elle me dit qu’elle ne savait plus trop et qu’en ce moment elle le revoit.

Après environ un mois chez eux, un jour, l’interphone sonne et c’était la police. Ils me demandent où se trouve le père donc l’ex compagnon. J’ai répondu que j’étais seulement la fille Au pair et que j’en avais aucune idée.

Quelques jours plus tard, alors que j’étais seule à la maison avec le plus jeune, quelqu’un frappe à la porte. J’ouvre et là je découvre allongé par terre l’ex, complètement ivre. Il me dit qu’il veut voir son fils et il entre dans la maison. Son fils lui saute alors dans les bras : « Daddy, daddy ! ». La porte est toujours ouverte, le petit part en courant et le père aussi. Il me dit qu’il reviendra et qu’ils vont juste jouer dans le jardin en bas de l’appartement. Je lui dis que je suis responsable de lui pour le moment et qu’il ne peut pas débarquer comme ça et le prendre. Malgré mes protestations, la situation m’échappe et ils partent tous les deux. J’appelle tout de suite la mère et lui explique la situation.

Elle arrive en panique et nous les cherchons pendant un certain temps dans le jardin, en vain. Heureusement, on finit par les retrouver plus tard dans la ville. Le petit n’avait rien. Après ça, j’ai décidé de partir et cette fois ce fut ma dernière expérience de fille Au pair en Australie. 

Voilà, j’espère que ce témoignage t’a plu ! Sache que toutes les expériences ne sont pas si mauvaises en Australie ! Tu peux d’ailleurs retrouver le témoignage d’Anne Cécile qui a vécu aussi une expérience ici :

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire